La Startup de la Semaine : élecocité

Avec la rentrée viennent souvent de nouvelles résolutions pour bien redémarrer l’année scolaire. Et si l’une d’elles était d’encore mieux consommer en donnant un sens à sa consommation d’électricité? C’est l’objectif d’élecocité, jeune entreprise lilloise que nous présente son co-fondateur, Nicolas Milko.

Nicolas, quel est ton parcours?

Je suis issu d’une famille d’entrepreneurs, je me suis donc naturellement tourné vers la création d’entreprise à mon arrivée dans le monde du travail mais cet engagement s’est toujours fait avec une recherche de sens. C’est pour cela que très vite j’ai travaillé dans le monde de l’énergie, mon premier métier.

Je suis ensuite parti en Inde où j’ai été confronté à une culture, une société différente  où les problématiques terre à terre des indiens m’ont vite ramené à mon métier d’origine dans l’énergie, car c’est une question fondamentale pour eux. Je me suis donc interrogé sur ce que nous pouvions faire pour agir sur ces enjeux.

Après un passage de quelques années chez Powéo, je me suis rendu compte que l’électricité verte était une forme d’imposture qui ne répondait pas à la question fondamentale de la transition énergétique, sujet mondial : dans quoi notre société doit-elle investir pour produire de l’électricité ? C’est donc à travers élecocité que j’ai souhaité y apporter une réponse.

Peux-tu nous présenter élecocité?

L’équipe d’élecocité au complet.

J’ai créé élecocité avec Philippe, mon acolyte depuis 12 ans pour permettre au consommateur et citoyen de reprendre la main sur sa consommation en lui posant les questions suivantes : dans quoi investissons-nous demain en matière d’énergie ? Lorsque je consomme, qu’est-ce que ma consommation engendre comme investissement et comme impact ?

Concrètement, nous sommes le premier fournisseur d’électricité d’impact qui mobilise ses clients en leur proposant de choisir d’un clic ce que leur consommation d’électricité va engendrer pour le monde de demain. De la même manière que nous pouvons changer de fournisseur d’accès internet ou d’assurance, nous permettons au consommateur de changer très facilement de fournisseur et de choisir lui-même le projet qu’il souhaite financer.

Nous sommes le premier fournisseur d’électricité d’impact qui mobilise ses clients en leur proposant de choisir d’un clic ce que leur consommation d’électricité va engendrer pour le monde de demain.

Nous finançons des projets de transition énergétique en France mais aussi en Afrique : le client, en optant pour élecocité voit donc ce que sa consommation finance. Pour suivre l’évolution des projets, nous avons mis en place un comité d’élecocitoyens qui se réunit 2 fois par ans et permet à nos clients de s’approprier réellement les questions de transition énergétique.

Quel a été votre parcours jusqu’aujourd’hui?

Cela fait près de 2 ans que nous travaillons sur le développement de cet opérateur. C’est beaucoup plus long qu’une simple activité de revendeur d’électricité verte car il a fallu non seulement obtenir l’autorisation ministérielle, justifier de notre business model, identifier et mettre en œuvre plusieurs projets de transition énergétique et enfin mobiliser nos premiers clients pour valoriser le modèle. Nous avons dû ensuite mobiliser des investisseurs qui acceptent de sortir du modèle classique de l’opérateur low-cost, ce que font aujourd’hui tous nos concurrents.

Enfin, il a également fallu démontrer la crédibilité de notre opérateur en associant à notre développement nos propres centrales de production, donc pour cela trouver un partenaire pour développer une centrale solaire de 10 mégawatts, car contrairement aux fournisseurs d’électricité verte, nous sommes fournisseurs ET investisseurs dans la production renouvelable.

Quelles sont les prochaines étapes pour élecocité?

Il nous faut aujourd’hui mobiliser les consommateurs en leur proposant de rejoindre un projet citoyen. Notre objectif est d’expliquer au consommateur que l’énergie n’est pas un secteur « à part » : les questions d’énergie sont aussi citoyennes et les citoyens ne sont pas réduits à un simple avis, ils peuvent agir. Notre objectif est là : il faut expliquer aux consommateurs qu’ils peuvent avoir un impact décisif pour peu qu’ils ne cèdent pas à la tentation du low-cost ou du green washing.

Les questions d’énergie sont aussi citoyennes et les citoyens ne sont pas réduits à un simple avis, ils peuvent agir.

Nous finançons en ce moment des projets en France et en Afrique. Les projets français sont des projets comme une centrale solaire à Bar le Duc. C’est en effet une boulangerie qui a entamé depuis plusieurs années un processus de conversion à une « cohérence écologique » : pain bio, infrastructures… L’enjeu ici est de lui permettre d’atteindre une production d’électricité suffisamment importante pour que ses machines ne fonctionnent qu’à l’électricité renouvelable.

Pour les projets en Afrique, nous nous appuyons sur l’expérience d’acteurs locaux pour les accompagner dans le financement de leurs projets soit en partie, soit en totalité. Upowa par exemple est un projet porté par une jeune cheffe d’entreprise au Cameroun, Caroline, qui propose de mettre à disposition des populations à la fois du matériel de production énergétique renouvelable avec des panneaux voltaïques mais aussi un accompagnement à leur utilisation. C’est cet accompagnement que nous finançons à travers des formations pour que les installations soient utilisées au maximum de leur capacité.

Pour faire connaître et sensibiliser à la thématique citoyenne et énergétique, nous rencontrons prochainement les ambassadeurs de France à Lille pour leur expliquer l’utilité du projet et la nécessité d’investir sur les nouveaux modèles de production et de distribution d’énergie à l’heure où l’impact environnemental se fait de plus en plus sentir.

Vous souhaitez faire le pas d’une consommation d’électricité d’impact? Retrouvez élecocité sur leur site web, Facebook ou Twitter.